Navegação – Mapa do site
A Retomada na Filosofia de Eric Weil

« Le début est dans la reprise  »

"O início está na retomada"
Gilbert Kirscher
p. 31-45

Resumos

O termo “retomada” designa um conceito específico da Lógica da Filosofia de Eric Weil, que deve ser distinguido das diversas significações que essa palavra assume na linguagem comum ou em discursos filosóficos anteriores (por exemplo: “redução”, “repetição”, “superação”, etc.) O conceito de retomada, tornado possível e necessário pela diferença – assu­mida pela Logique – entre atitude e categoria filosófica, permite situar as diversas atitudes e categorias concretas puras segundo uma ordem lógico-filosófica (fundada na escolha do discurso coerente) e compreender como é que elas funcionam e se relacionam no seio dos discursos filosóficos que foram efetivamente desenvolvidos no curso da História. O conceito de retomada, operatório desde o início do percurso lógico que ele mesmo possibilita, é tematizado etapa a etapa em função dos conteúdos categoriais concretos até à explicitação da sua significação metódica e sistemática na categoria formal do Sentido.

Topo da página

Texto integral

1. « Reprise » : le concept et le mot

1Dans la Logique de la Philosophie d’Eric Weil, le terme de « reprise » reçoit une signification précise et originale. Il désigne un concept qui n’est pensable que par et dans son lien aux deux autres concepts fondamentaux d’ « attitude » et de « catégorie philosophique ». Il importe donc de distinguer nettement la signifi cation précise de ce concept philosophique et les significations diverses que la langue usuelle (familière ou technique) donne au terme de « reprise » ou à sa forme verbale « reprendre ».

  • 1 « Repréhension » aurait pu être à « compréhension », ce que « reprendre » est à « comprendre », mai (...)

2En son concept – concept pour et concept de la Logique de la Philosophie –, la « reprise » est d’abord un acte interprétatif. Mais, si le sens verbal est fondamental, la « reprise » (en son concept comme dans les significations courantes du terme) est à la fois acte et résultat de l’acte désignés par le verbe « reprendre ». La « com­préhension » correspond à l’acte de « comprendre » dont elle résulte, la « reprise » à l’acte de « reprendre » et au discours qui en résulte.1

3Dans la reprise, l’interprétation s’applique à une « attitude » sans parvenir à sai­sir ce qu’il y a de radicalement nouveau en elle, sans s’élever à la catégorie phi­losophique encore impensée qui informe cette attitude et articule son sens. La reprise appréhende l’attitude « nouvelle » à l’aide d’une catégorie plus « ancienne » qu’elle « reprend » au sens courant de ce terme. Cependant, à proprement parler, ce n’est pas l’ancienne catégorie qui est « reprise »: c’est la nouvelle attitude qui est « reprise sous » ou « reprise par » la catégorie ancienne. La reprise ne voit dans la figure nouvelle du sens, recouverte du voile du « déjà connu » et du « bien connu », qu’une figure plus ancienne. Ne voyant rien de neuf sous le soleil, elle ne reconnaît pas, mais méconnaît qu’elle a affaire à une nouvelle figure du sens.

  • 2 E. Weil parle, lors de la soutenance de sa thèse, d’ « anticipation » (Philosophie et Réalité II, P (...)
  • 3 Plus profonde encore, et achevée, serait la compréhension qui « com-prendrait » l’articulation de t (...)

4« Reprendre » une « forme de vie », ce n’est donc pas revenir à une forme de vie ancienne, comme semble l’indiquer le mot (« re-prendre », « prendre à nouveau »), mais interpréter ce que cette forme de vie exprime et affirme d’elle-même et de son monde, c’est tenter de donner forme de discours cohérent et conscient de soi au langage qu’elle parle, c’est donc tenter de comprendre l’attitude qui se présente et qui suscite l’interprétation dans la mesure où elle étonne, trouble, heurte, inquiète. L’interprétation tente d’éclairer ce qui apparaît et de trouver le sens essentiel de cette attitude. Elle tend vers l’explicitation et la formulation de ce sens qu’elle anti­cipe2 tout en demeurant attachée à une manière établie, fixée, de comprendre. Elle vise la catégorie philosophique dans laquelle l’attitude comprendrait son monde et se comprendrait elle-même. La pleine compréhension serait atteinte si le dis­cours philosophique parvenait à saisir, en son unité et en son unicité, ce sens essen­tiel de l’attitude, présent dans toutes ses expressions et dans toutes ses actions, qui distingue cette forme-là de la vie de toutes les autres: la catégorie de l’attitude, catégorie unique et non mixte de catégories, donc catégorie irréductible à toutes les autres, déterminant l’attitude correspondante comme « pure ».3

  • 4 Logique de la philosophie, Paris, Vrin, 2000 (1950), p. 98.

5La « reprise » c’est l’acte par lequel une « forme de vie » est saisie, prise, com­prise, dans un discours qui ne discerne pas avec rigueur et laisse échapper ce qui est radicalement nouveau dans le sens essentiel et fondamental de cette forme de vie. « Reprendre » est une espèce du « prendre » et du « comprendre », de l’acte d’élever le langage d’une forme de vie au discours de son contenu signifiant et d’en reconnaître la cohérence. Mais « cette compréhension d’une attitude (ou caté­gorie) nouvelle sous une catégorie précédente, compréhension réalisée dans et par [l’]attitude antérieure »4 n’est que relative. Elle demeure affectée d’une cécité partielle qui fait qu’à la fois elle comprend et ne comprend pas: elle ne comprend qu’en se méprenant.

6« Reprise » est aussi un terme du langage courant de la langue française qui véhicule un vaste réseau de significations associées ou dérivant les unes des autres. Aussi faut-il prêter attention à la différence entre la signification du concept de reprise et les acceptions diverses du terme de reprise, dans la langue française en l’occurrence. On peut toujours se demander si ces diverses significations de la langue courante jouent dans l’usage du terme dans la Logique et si elles ne hantent pas son concept. Doit-on entendre, dans la reprise au sens de Weil, l’acte de prendre à nouveau ce que l’on avait laissé de côté, de rattraper ce qui avait été perdu, de retravailler un écrit délaissé, de revenir à une activité interrompue, de restaurer un ouvrage, de rapiécer un tissu déchiré, de répliquer sur scène ou de prendre à nouveau la parole, de répéter une figure verbale, de revivifier une pensée oubliée, d’impulser une nouvelle énergie, de récupérer un bien donné, etc. ? Il se peut, selon les cas et les applications, mais il nous semble qu’il vaut mieux éviter de jouer avec ces significations liées à une situation ou à un contexte particulier. Tenons-nous en donc, par principe de méthode, à la signification conceptuelle propre à la Logique de la Philosophie et évitons d’utiliser les mots « reprise » et « reprendre » dans leurs significations courantes lorsqu’il s’agit de l’analyse et de la discussion du concept de reprise et de ses applications dans la Logique de la Philosophie.

2. Possibilité et nécessité du concept de « reprise ».

  • 5 Cf. Logique de la Philosophie, 147-148, note 1: « Les catégories métaphysiques ... ce sont elles qu (...)

7Le concept de reprise se détermine seulement à partir des concepts de « caté­gorie philosophique » et d’« attitude », qui ont fonction de « catégories métaphy­siques »5 dans la Logique de la Philosophie d’Eric Weil. Appelé par les deux premiers, mais aussi fondamental et constitutif qu’eux, il permet de les rapporter l’un à l’autre et ainsi d’appliquer le logique à la réalité historique.

  • 6 Ibid., p. 82.
  • 7 « Pour l’homme concret, toutes les attitudes sont équivalentes, c’est à dire absurdes, sauf une, la (...)
  • 8 Philosophie et réalité II, op. cit., p. 233.

8Il n’y aurait pas de reprise(s) sans la distinction initiale de l’attitude et de la catégorie, distinction analogue à celle de l’intuition sensible et du concept de l’en­tendement chez Kant. « La reprise est le schéma qui rend la catégorie applicable à la réalité et qui permet ainsi de réaliser concrètement l’unité de la philosophie et de l’histoire. ».6 L’analogie de la reprise weilienne et du schème kantien, du rapport attitude/catégorie et du rapport sensibilité/entendement n’est cependant qu’une analogie: elle rappelle la dualité de deux pôles, ou la tension entre deux limites, qui jamais ne peut être réduite sans qu’elle ressuscite aussitôt. La Logique de la Philosophie n’est ni une logique dogmatique qui construirait ou déduirait tous les discours à partir d’une catégorie initiale auto-posée, ni une récollection descriptive empirique d’attitudes données, apparues dans l’histoire, distinguées et choisies par le philosophe comme représentatives en fonction de critères empi­riques finalement arbitraires.7 La Logique de la Philosophie vise à « retracer, non [à] construire » [..] « un discours [.. ] qui comprenne tout et soi-même » et elle le fait en partant du « discours de l’homme vivant ».8

  • 9 Ibid., p. 234.
  • 10 Ibid.

9Ce discours est donc toujours d’abord, « naturellement », un discours de reprise, un discours d’entre-deux, pris entre les limites d’un langage qui exprime une atti­tude vécue sans conceptualisation ni réflexion et celles d’un discours qui serait élevé à la saisie de sa catégorie pure et serait relevé en elle. « L’homme vit dans une attitude, il constitue un monde dans son discours et un discours dans son monde ».9 Discours et monde ne sont ni radicalement extérieurs l’un à l’autre, ni confondus: « Les deux aspects sont également importants: ce qui s’exprime dans un discours, c’est une attitude; mais l’attitude ne se voit que dans ce discours et ce n’est qu’en s’y voyant qu’elle arrive à s’expliciter complètement à elle-même, qu’elle se développe, qu’elle mûrit pour elle-même. Le centre autour duquel cette attitude s’organise en discours, nous l’appelons catégorie du discours ».10

10La « réalité » dans laquelle nous vivons et agissons est toujours déjà saisie, exprimée, ordonnée dans le langage. L’analogie avec la phénoménalité telle que la conçoit Kant, comme mixte de donnée sensible et d’intelligibilité, est sans ambi­guïté, à condition qu’on n’oublie pas qu’il s’agit chez Kant de la possibilité de la connaissance scientifique objective, chez Weil de la possibilité de la compréhen­sion philosophique des multiples langages et discours de l’homme. Mais, chez Weil comme chez Kant, en changeant ce qu’il faut changer, il s’agit de l’analyse possible de la réalité concrète. Cette analyse implique le jeu de deux pôles ou de deux limites qui ne seraient plus que des abstractions si on les isolait: donné sen­sible et fonction intellectuelle chez Kant, attitude seulement vécue (à la limite du silence) et discours entièrement élaboré chez Weil. La réalité concrète dont part l’analyse philosophique, c’est l’attitude de l’homme vivant, parlant, agissant, à qui son monde apparaît en tant qu’il vit, parle, agit, et qui peut - mais il ne le fait pas nécessairement - s’élever par la réflexion, elle-même mue par l’inquiétude qui habite toute certitude, jusqu’au discours philosophique, qui sera ordinairement une reprise, rarement l’explicitation de sa propre catégorie.

  • 11 Logique de la philosophie, op. cit., p. 71.

11Le concept de reprise suppose le concept de catégorie (le fait de la diversité des catégories) et le concept de catégorie ne peut être formé que si l’attitude peut s’élever à elle. « Ce sont les catégories qui déterminent les attitudes pures ; ce sont les attitudes qui produisent les catégories ».11 L’affirmation logique du concept de catégorie (qui permet l’affirmation logique du concept d’attitude pure) repose sur la diversité des attitudes et sur le fait de l’élévation possible de l’attitude à la catégo­rie : la considération de l’ordre logique est inséparable de la considération de l’ordre historique et c’est le concept de reprise qui permet l’articulation de ces deux ordres.

12En résumé: ce n’est pas simplement la distinction de l’attitude et de la catégorie qui doit être pensée pour que soit possible et nécessaire le concept de reprise, c’est encore la multiplicité des attitudes pures, chacune déterminée par sa catégorie propre, et la multiplicité des catégories, chacune irréductible aux autres. Le concept de reprise est intimement lié au fait que les catégories ne peuvent ni être ramenées à une catégorie unique et dernière dans l’ordre de l’analyse régressive (qui serait première dans l’ordre d’une éventuelle déduction constructive), ni être unifiées par élévation dialectique à une catégorie totale, l’Idée absolue, qui les comprendrait comme ses moments.

13Ainsi, les catégories de l’intelligence et de l’absolu, tout en ayant une position remarquable dans le parcours logique, ne sont pas capables de produire le concept de reprise.

14La catégorie de l’intelligence découvre certes le concept d’attitude en recon­naissant la diversité des attitudes guidées par un intérêt particulier qui constitue le monde de chacune. Le concept de l’intérêt joue de cette manière, pour elle, le rôle de catégorie philosophique (au sens précis de la Logique de la Philosophie), mais comme l’intelligence ne connaît que cette unique catégorie de l’intérêt, elle n’atteint pas encore le concept de catégorie philosophique proprement dit.

15La catégorie de l’absolu découvre la catégorie même de la philosophie dans la mesure où elle pense relever et élever toutes les attitudes possibles et leurs dis­cours au discours absolument cohérent. Les attitudes diverses et leur discours se révèlent n’être plus que des moments du discours absolu, de l’unique catégorie de l’absolu. La pluralité des catégories n’est qu’une apparence puisque leur irréductibi­lité les unes aux autres n’est pas encore reconnue. Le concept de « reprise » ne serait d’aucun usage et n’aurait aucun sens pour l’absolu dans la mesure même où le concept de « catégorie philosophique », au sens weilien, ne peut entrer dans l’Idée de l’absolu sans la fragmenter et la ramener au statut de simple idée.

16Ni l’intelligence ni l’absolu ne parviennent au concept weilien de reprise. La reprise signifie tout autre chose que la réduction à l’intérêt opérée par l’intelligence, ou la relève par l’absolu, ou la répétition (la Wiederholung) par le fini, ou encore le retour au passé archaïque, dans la dénégation (ou la mauvaise foi) d’une réflexion devenue pourtant consciente. Il faudra, pour que le concept même de reprise devienne pensable, qu’apparaisse non seulement l’absolu, catégorie philosophique de la philo­sophie, mais encore son « dépassement » ou « rebroussement » par l’œuvre et le fini.

  • 12 Ibid., p. 284, note 1.

17« Le concept de reprise ressortit, en définitive, à la totalité des catégories (seu­lement en partie à l’intelligence) et ne peut être compris que par la compréhension (l’auto-compréhension) de leur système comme unité ».12 Le concept de reprise ne peut être conçu dans sa signification formelle qu’à partir de la fin de la Logique précisément parce qu’il implique les concepts d’attitude et de catégorie propres à la Logique de la Philosophie, qu’il implique aussi, d’une part l’hypothèse de la multi­plicité, de l’irréductibilité des diverses catégories (et des attitudes pures correspon­dantes), d’autre part l’hypothèse que cette multiplicité des catégories irréductibles peut être « com-prise » en un discours qui, ni ne les réduit les unes aux autres, ni ne les pose radicalement coupées les unes des autres.

18Entre les attitudes, entre les catégories, un passage, un dialogue non exempt de malentendus doit être possible tout autant que le choix opposé de la fermeture à l’autre ou sur soi. Le concept de reprise permet de dégager et d’ordonner les rapports possibles entre catégories et de dresser ainsi un tableau de figures idéal­typiques fondamentales, illustré de renvois à un certain nombre d’œuvres mar­quantes de l’histoire des idées philosophiques et à un certain nombre d’auteurs. Une étude détaillée de ces figures idéal-typiques de reprises présentées mériterait d’être engagée car la plupart du temps, les indications données par Eric Weil se limitent à des exposés succincts et allusifs. Inversement, dans ses essais d’histoire de la philosophie ou d’histoire des idées, on remarque que c’est précisément à la fonction et au mélange des reprises chez un auteur, par exemple dans Problèmes kantiens ou dans son étude sur Pomponazzi, qu’Eric Weil s’attache en montrant que – et comment – un concept nouveau – par exemple l’idée de la liberté de l’homme dans le monde de la condition ou encore la catégorie du sens – se fraie un chemin dans un langage ancien qui ne lui permet pas de se réfléchir en pleine lumière.

3. « Le début est dans la reprise ».

19Parmi les diverses reprises dégagées par la Logique de la Philosophie, nous retiendrons ici quelques figures remarquables, dont celle qui se présente au tout début du parcours catégorial, dans la thématisation de la catégorie du non-sens, et l’autre à la fin, dans la dernière catégorie concrète, celle de l’action. Dans l’un et l’autre cas, la reprise n’apparaît pas comme un élément extérieur à la catégorie; au contraire, elle joue un rôle essentiel au cœur même de la catégorie, comme faisant partie d’elle et la constituant.

  • 13 Ibid., p. 89.

20La Logique utilise le concept de reprise dès le commencement de son discours. La catégorie initiale a été posée dans et par l’énonciation de l’intention philoso­phique de « développer la pensée dans sa totalité »: « la philosophie est la recherche de la vérité, et n’est que la recherche de la vérité ».13

  • 14 Ibid., p. 97.
  • 15 Ibid., p. 98.

21A cette catégorie correspond une attitude qui ne peut être d’abord que muette: la vérité absolue, d’un seul tenant, non encore discursive, est vécue comme indicible. Le « premier langage », qui tente d’énoncer ce que la vérité « veut dire », se détache d’elle: il est le « fait catégorial » d’une nouvelle attitude pour laquelle « ce qui se montre n’est pas la vérité », est non-sens. Ce non-sens peut être vécu dans le silence de l’indicible. Il peut aussi être évoqué: le non-sens est « la vérité de la vérité ».14 « La vérité se révèle dans le langage » et « cette vérité... saisit le non-sens ».15

  • 16 Ibid., p. 89.
  • 17 Ibid., p. 98.

22Ce « premier langage » est une reprise: la reprise du non-sens sous la vérité. Dans ce langage élémentaire, la catégorie nouvelle apparaît à travers la catégorie précé­dente. C’est la vérité de la nouvelle attitude qui est censée être dite et, du coup, la catégorie précédente reçoit elle-même une première détermination: elle est pen­sée, non plus comme le pur indicible, mais « comme fond du discours ».16 « La caté­gorie se revient à elle-même sous la forme d’une catégorie précédente [. .]. C’est à travers la reprise que l’attitude devient catégorie ».17

  • 18 Ibid., p. 431.
  • 19 Ibid., p. 172.

23« Le début est dans la reprise ».18 L’homme concret est toujours déjà pris dans ce qui apparaîtra, lorsque la philosophie aura saisi sa propre logique, avoir été une reprise, c’est-à-dire une méprise, un malentendu, une méconnaissance, une « mésinterprétation »,19 un langage inadéquat, fautif, incohérent, mais aussi, un langage utile et agissant qui pousse obscurément à l’expression discursive, à la recherche de la cohérence et de la compréhension. La reprise voit trouble, mais son regard s’oriente sur la nouveauté qui l’inquiète et suscite sa réflexion.

24Si la reprise joue un rôle décisif dans ce que nous appelons passage de la pre­mière à la deuxième catégorie (manière encore hégélienne de s’exprimer, alors que pour Weil il ne s’agit pas d’élévation de la première à la seconde, mais d’affirma­tion – de soi, mais ici sans conscience réflexive – de la seconde par reprise de la première), le concept de reprise lui-même n’apparaît pas comme tel à l’homme de l’attitude ou de la catégorie en question. Il reste du registre des concepts à l’aide desquels la Logique travaille sa matière et lui donne forme: forme de rapport entre l’attitude et la catégorie, ou entre le vécu et son explicitation. En langage hégélien: la reprise n’est pas reprise pour soi, mais seulement pour nous, sauf à la fin de la Logique, lorsque le concept de reprise apparaîtra à la réflexion de la catégorie sur elle-même, à la catégorie de l’action s’élevant à la catégorie du sens.

25La philosophie de l’absolu ignore par essence le concept de reprise et en reste au concept de relève (Aufhebung). Le concept de reprise ne peut apparaitre qu’à la suite d’un outre-passement de la manière dont l’absolu conçoit la dialectique spé­culative qui conduit la catégorie initiale de l’être à la catégorie ultime de l’Idée et ramène celle-ci à celle-là, dans un cercle qui se réfléchit en lui-même et se fonde lui-même. La Logique de la Philosophie présente cet outre-passement de l’absolu, ce pas au-delà de l’absolu, comme rejet de l’absolu par l’œuvre. Ce rejet marque de la manière la plus forte qu’il soit l’irréductibilité d’une catégorie à une autre : il s’af­firme lui-même irréductiblement irrelevable face à la catégorie de la relève dans l’absolu. L’absolu ne peut rien contre la violence de ce rejet. Sa prétention à le com­prendre n’a pas d’effet sur l’homme de l’œuvre qui a déserté le cercle du langage, du dialogue, de l’entente possible. Il est ailleurs, hors de prise, hors de la compré­hension par l’absolu, hors de la reprise sous l’absolu.

  • 20 Ibid., p. 363.
  • 21 Ibid., p. 353.
  • 22 Ibid., p. 365.

26L’individu insatisfait se désintéresse du discours absolu dans lequel il ne se trouve pas lui-même. Il ne pose pas la question d’un sens quelconque de sa vie, de son monde ou de son œuvre, même s’il « possède [sa] catégorie » qui s’énonce dans une « proposition unique » : « L’œuvre importe et rien d’autre ».20 Il « ne s’in­quiète pas de l’interprétation de son entreprise ».21 S’il parle, ce n’est pas pour se comprendre ou pour comprendre le monde, mais pour séduire les autres, les sou­mettre, les enrôler, les utiliser. S’il parle de l’œuvre, ce n’est pas pour en « parler avec les autres », mais « aux autres » en se présentant sous un masque adapté à eux,22 levier tactique de l’œuvre. On pourrait dire que l’attitude-catégorie de l’œuvre par­vient à une sorte de conscience de soi comme masque de l’œuvre (au double géni­tif).

  • 23 Bien entendu, comme toute catégorie, celle-ci est susceptible de reprises « authentiques » (Logique (...)

27Pour la Logique le masque est une pseudo-reprise, puisqu’il reprend la catégo­rie, non pour la révéler, mais pour la cacher, ce qui implique bien que l’homme de l’attitude pure « possède » sa catégorie. Dans la fausse reprise de soi qu’il présente aux autres se cache sa vérité : il sait de quoi il s’agit avec l’œuvre, même si ce savoir n’est pas une compréhension au sens que la Logique donne à ce terme. L‘individu trouve ainsi dans la singularité de sa solitude coupée du discours (ni compris par le discours absolu, ni compris par ceux auxquels il s’adresse, et ne souhaitant ni comprendre ni être compris) et dans son effacement derrière et dans ses masques, en un mot dans ses pseudo-reprises, la forme paradoxale de la présence-absence à soi de sa catégorie. Dans la pseudo-reprise, l’attitude est pour ainsi dire parvenue à sa catégorie.23

  • 24 Ibid., p. 391.

28L’attitude du fini s’approche-t-elle encore plus près d’une thématisation du concept de reprise? Ayant perdu la foi en l’œuvre dont elle s’est détachée, elle n’est pas tentée de revenir au discours de la compréhension. Au contraire, elle insiste dans son langage sur la constatation de l’échec de l’œuvre autant que de l’échec de l’absolu. L’échec apparaît maintenant comme le fait catégorial irréductible que tous les discours antérieurs tentaient de recouvrir. La pensée de l’échec de tout projet, la reconnaissance lucide de la possibilité toujours ouverte, de la temporalité, de la mort, de la finitude insurmontable, tiennent lieu désormais de philosophie, et de philosophie renonçant au discours cohérent qui se refermerait sur lui-même, de philosophie retournant au langage de la poésie qui est à sa source. Tous les discours antérieurs apparaissent donc comme des reprises qui méconnaissent ce que dévoile la catégorie du fini. Le travail de la pensée du fini consiste dès lors essentiellement dans la déconstruction de ces discours pour préparer le réveil, la reviviscence, la répétition, la Wiederholung de la question enfouie, afin que se puisse retrouver le « projeter » sous le « projet sclérosé par l’oubli de la finitude ». « Sur ce plan, la catégorie est la réduction des reprises », « la réduction de l’histoire de l’homme à son historicité ».24 Il nous semble ainsi que l’attitude-catégorie du fini est au plus près de concevoir le concept de reprise puisqu’elle saisit que la pensée du fini (la catégorie) est essentiellement mésinterprétée par les discours philoso­phiques antérieurs et qu’il s’agit désormais de critiquer ces discours pour que se découvre la vérité oubliée, toujours vive, insaisissable, salutairement inquiétante.

  • 25 Ibid., p. 409.
  • 26 Ibid., p. 407.

29Dans l’action, le concept de reprise se présente enfin au centre même de la signification concrète de la catégorie pour elle-même, dans le dédoublement de l’homme de l’action : d’une part le philosophe qui comprend l’action (comme venant de l’absolu et de l’œuvre), d’autre part l’homme de l’action qui ne veut plus philosopher mais agir et qui forge une théorie technique de l’action. Ils se font face, comme deux faces du même, l’une reconnaissant, l’autre refusant de reconnaître son double. «  Ce n’est donc pas un malentendu évitable qui s’installe ainsi entre l’homme de l’action et celui qui veut comprendre l’action  ».25 D’un côté l’attitude saisit sa catégorie, de l’autre l’attitude elle-même, après s’être comprise, reprend des catégories antérieures parce qu’elle ne veut plus se contenter de penser, mais veut œuvrer, réaliser effectivement ce qu’elle a compris. L’homme de l’action est à la fois, paradoxalement, homme de l’absolu et homme de l’œuvre. « La philosophie de l’action est celle de l’absolu: la différence entre les deux est entre théorie et réali­sation ».26 Et c’est dans cet écart, entre le philosophe de l’action et le théoricien qui met l’action en œuvre, qu’apparaît le mieux la reprise : la compréhension n’est pas achevée, elle bute encore sur l’autre qu’elle ne s’est pas encore approprié, avec lequel elle n’est pas encore réconciliée, mais qu’elle ne peut ni prétendre réduire ni prétendre relever sous peine de méprise.

30Cette analyse n’est évidemment pas étrangère à l’interprétation que donne Weil, dans Hegel et l’Etat, de l’identité et de la différence de Hegel et de Marx. Elle se retrouve aussi au cœur de la Philosophie politique dans la manière weilienne de penser, avec et après Hegel et Marx, l’articulation du politique et du social.

4. Les reprises entre logique et histoire.

31Nous avons jusqu’ici tenté de repérer, après avoir rappelé le lien qui rattache le concept de reprise aux concepts d’attitude et de catégorie, quelques étapes de l’émergence progressive du concept de reprise aux yeux même d’attitudes remar­quables dans leur élévation à la catégorie : dans l’affirmation du non-sens, dans la découverte par l’intelligence du concept d’intérêt (et donc d’attitude), dans la différence entre relève par l’absolu et reprise, dans la pseudo-reprise de l’œuvre, dans la réduction et la répétition (Wiederholung) de ses reprises par le fini, dans le dédoublement intérieur à la catégorie de l’action entre deux versants théorique et pratique du même. Bref, nous avons tenté de saisir en quoi le concept de reprise, rigoureusement propre à la Logique de la Philosophie, ne peut émerger, être théma­tisé et conçu qu’à la fin du parcours logique.

32Mais, pour éviter toute confusion, il faut distinguer deux niveaux d’analyse, celui de la thématisation et de la fondation du concept comme concept métho­dique de la Logique, et celui de l’emploi du concept. Or – ce n’est un paradoxe que si l’on oublie la circularité du discours cohérent – l’usage du concept dans l’exposé progressif des attitudes et des catégories précède sa justification logique, obtenue seulement à la fin du parcours dans l’exposition de la catégorie concrète de l’action et dans sa réflexion dans la catégorie formelle du sens.

  • 27 Ibid., pp. 172-173.

33Il faudrait suivre de manière précise le chemin des reprises dans son ordre logique. Les reprises sont nombreuses, bien qu’il ne s’agisse que de types idéaux de reprise,27 et les notations de l’auteur de la Logique sont dispersées sans véritable récapitulation systématique. Il serait intéressant d’établir, si possible, un tableau de toutes les reprises opérées par chaque catégorie. Un tel tableau offrirait une série d’exposés qui ressembleraient plus que ne le font les catégories pures, aux philoso­phies historiques existantes.

34Les reprises, rarement simples, sont le plus souvent des mixtes de catégories, sous la domination de l’une ou de deux d’entre elles, en quelque sorte des nœuds catégoriaux que le logicien tente de dénouer. Chaque attitude est susceptible d’être reprise par toutes les autres catégories, et le plus souvent par des catégories déjà entrelacées, déjà nouées entre elles, formant une reprise dite complexe.

35On pourrait aussi se demander s’il n’y a pas des catégories qui servent plus que d’autres comme moyen de reprise, en quelque sorte comme pivot ou socle déterminant une époque, Dieu par exemple, ou la condition (sans laquelle il serait impossible de penser le monde moderne), ou encore la personnalité (qui spécifie la subjectivité moderne). On pourrait se demander quelles catégories tendent plutôt à réduire (de diverses manières) les reprises (par ex. l’absolu ou le fini), ou quelles catégories ne peuvent revenir sur elles-mêmes qu’à travers des reprises, leur atti­tude étant incapable, sans sortir d’elle-même, d’atteindre la catégorie (par ex. la condition qui ne peut être saisie qu’après son dépassement par la conscience, ce qu’illustre bien la philosophie critique de Kant et le primat accordé à la raison pra­tique).

  • 28 Ibid., p. 430.

36On pourrait revenir, ne serait-ce que pour éviter un malentendu, sur l’analo­gie suggérée à la fin de la Logique28 entre reprises d’une catégorie et catégories considérées comme reprises du sens. Le malentendu consisterait, encore une fois, à prendre les catégories pour des moments du sens, à la manière de la philosophie de l’absolu : si la catégorie de l’absolu est catégorie de la totalité concrète, celle du sens n’est que catégorie formelle et, à ce titre, ne contient pas, relevées en elles, les autres catégories concrètes comme des moments, mais n’est qu’un concept formel qui permet de penser l’articulation entre catégories concrètes. Mais l’analogie elle­-même, comme le souligne Weil, ne doit pas être forcée : elle réduirait la reprise à «  une définition purement formelle  » en oubliant que la reprise est «  compré­hension d’une attitude particulière sous une catégorie antérieure », en d’autres termes, qu’elle est un mixte de discours et de vécu, de vécu élevé au discours et non réductible au discours, demeurant dans l’entre-deux d’une cohérence - ou d’une incohérence - relative. En ce sens, les reprises, pas plus que les catégories, ne doivent être considérées à part des attitudes qui fournissent le contenu signi­fiant, la matière que la catégorie ramène à son sens essentiel relatif à d’autres sens essentiels.

  • 29 Ibid., p. 431.

37Il en est des reprises comme des catégories pures : l’homme peut toujours s’y tenir obstinément, même si « la reprise est fautive, incohérente ».29 Elle n’est est pas moins vécue comme si elle était cohérente, dans la mesure où elle s’enferme dans la méconnaissance de ce qui diffère d’elle et demeure aveugle à sa propre violence. A l’inverse, une reprise est-elle jamais sans savoir que l’attitude qu’elle interprète et qu’elle ramène au déjà connu, comporte un élément de nouveauté qui lui résiste et la menace ? Cet élément à peine perçu, obscurément ressenti, peut aussi pousser au désir et à l’effort de comprendre et pas seulement de reprendre. Les reprises sont instables. Même si elles répondent à un besoin de stabilité face à l’inconnu, elles ne répondent aux questions qu’en colmatant des brèches qui risquent tou­jours de s’ouvrir à nouveau. Comme toute attitude est susceptible d’autant de reprises diverses qu’il y a de catégories et comme toutes ces reprises se heurtent les unes aux autres, le renouvellement de l’interprétation est toujours possible. C’est au sein des reprises que la réflexion, conduite par le sentiment de l’insatisfaction, poursuit le travail critique qui peut conduire à la conscience catégoriale, non par l’effet d’une nécessité logique an-historique, mais au hasard des rencontres entre les discours de reprise et les situations. Une reprise peut marquer un point d’arrêt mais aussi bien susciter une ouverture chez l’homme insatisfait de son discours. Telle est la fonction heuristique du concept de reprise.

38Le chemin du philosopher se trace non seulement dans l’élément du logique, mais encore de l’historique : l’effort pour élever l’attitude à la catégorie – ou le lan­gage commun au discours cohérent –, implique le travail du temps et de l’histoire. L’ordre historique d’apparition des catégories, précédées par les reprises, doit être pensé en fonction de l’ordre logique des catégories, mais les deux ordres ne corres­pondent pas terme à terme, comme le concevrait une philosophie de la relève dans l’absolu. Pour la Logique de la Philosophie, le passage d’une catégorie à la suivante est le fait d’un acte libre, certes conditionné par ce qui est refusé, mais non néces­sité ex ante. Le passage apparaît comme nécessaire seulement ex post, dès lors qu’il a eu lieu et que la catégorie revient sur elle-même pour se comprendre à partir de son passé logique. Aussi le retour en arrière semble-t-il logiquement impossible. La réflexion ne peut se défaire d’elle-même et toute nostalgie se double de mauvaise foi, car elle n’est pas sans savoir qu’elle a dépassé l’attitude à laquelle elle croit reve­nir. Si donc la reprise doit être distinguée de la réduction ou de la relève, elle doit l’être autant du simple retour à une attitude/catégorie logiquement antérieure. Autre chose est la reprise qui bute sur la catégorie nouvelle et la méconnaît, autre chose la régression imaginaire.

39Le concept de reprise pose d’une manière nouvelle - nouvelle par rapport à la philosophie de la relève dans l’absolu - le problème du rapport entre ordre logico­-philosophique et ordre historique. Dans la réalité historique, nous avons affaire aux discours effectivement tenus, qui sont, du point de vue logique, des reprises, et très rarement des catégories pures. C’est dire que, si l’on veut poser le problème, il faut tenter de comprendre d’abord l’ordre logique des catégories et des types idéaux de reprise, et se garder de préjuger une correspondance terme à terme avec l’ordre historique, ou une déduction a priori de l’ordre historique.

  • 30 Ibid., p. 82.
  • 31 Ibid., p. 430.

40Eric Weil expose, à la fin de l’Introduction, ce rapport entre reprise et histoire : « Ce qu’il s’agit de comprendre est précisément ce qui n’est pas cohérent, n’est pas discours uni par une catégorie, n’est pas attitude poussée à l’unité par la réflexion. Pour la philosophie [..], l’histoire a son sens dans sa cohérence, mais elle a son contenu dans l’incohérent, dans le contradictoire, dans la violence : la reprise, pour employer un concept kantien, est le schéma qui rend la catégorie applicable à la réalité et qui permet ainsi de réaliser concrètement l’unité de la philosophie et de l’histoire ».30 Weil y revient presque dans les mêmes termes à la fin de la Logique31en parlant d’abord du sens : «  Le sens est ainsi la catégorie qui constitue la philoso­phie. [..] Elle est cette unité vivante dans laquelle l’unité du sentiment s’organise en unité pensée [..] et elle est la forme dans laquelle, inversement, la catégorie devient applicable à l’attitude : le schéma, pour employer le terme kantien ». On mesure à quel point, en rapprochant ces deux passages, sens et reprise ont même fonction, ce que confirme bien la phrase suivante dans laquelle les catégories sont présen­tées, par analogie, comme des «  reprises du sens  ».

  • 32 Ibid., p. 68.
  • 33 Ibid., p. 69.
  • 34 Ibid.
  • 35 Philosophie et réalité II, op. cit., p. 238.

41Le concept de reprise devrait donc permettre de comprendre autrement que ne le fait l’absolu ce rapport entre philosophie et histoire de la philosophie, présenté à la fois comme « identité »32 et comme unité, et même entre philosophie et histoire tout court. « Nous devrons aller plus loin encore que nous n’avons été jusqu’ici et affirmer non seulement l’identité de la philosophie et de l’histoire de la philoso­phie, mais encore celle de l’histoire tout court et de la philosophie ».33 La citation risque évidemment d’être mal comprise – la philosophie du sens confondue avec la philosophie de l’absolu, et la reprise avec la relève – si on oublie qu’il ne s’agit pas d’appliquer à l’histoire une logique a priori, encore moins de la déduire, mais au contraire, de reconnaître « clairement le caractère historique de la philosophie ».34 C’est à partir des reprises que l’homme philosophant peut parvenir à la catégorie de son attitude et finalement, par la réflexion, au système des catégories comme « reprises du sens », à la Logique de la Philosophie comme « méthode de compré­hension des discours de l’homme et, [..] en même temps [..] histoire du discours un de la philosophie, et [..] histoire de l’homme, telle qu’il l’a tracée lui-même sur le plan de la conscience, qu’elle soit ou non philosophique au sens traditionnel de ce terme  ».35

Topo da página

Notas

1 « Repréhension » aurait pu être à « compréhension », ce que « reprendre » est à « comprendre », mais le mot n’existe pas. Quant au terme de « répréhension » (dérivé de “reprehensio“, “reprise de ce qui est omis“, d’où “blâme, critique“ (Dict. histor. de la langue fr., Ed. Le Robert), il a une signification réduite au domaine du jugement de valeur (« réprobation »).

2 E. Weil parle, lors de la soutenance de sa thèse, d’ « anticipation » (Philosophie et Réalité II, Paris, Beauchesne, 2003, p. 235) et, dans une note préparatoire, de « prolepsis » (préconception, préjugement) (Philosophie et Réalité II, op. cit., p. 229).

3 Plus profonde encore, et achevée, serait la compréhension qui « com-prendrait » l’articulation de toutes les catégories irréductibles dans la catégorie de la philosophie qui se pense elle-même en rap­port avec son autre : la catégorie formelle du sens.

4 Logique de la philosophie, Paris, Vrin, 2000 (1950), p. 98.

5 Cf. Logique de la Philosophie, 147-148, note 1: « Les catégories métaphysiques ... ce sont elles qu’on a d’ordinaire en vue quand on parle de catégories ... on comprend comme catégories des concepts fondamentaux déterminant des questions selon lesquelles il faut considérer ou analyser ou questionner tout ce qui est pour savoir ce qu’il en est ». « Attitude », « catégorie philosophique », « reprise » sont des concepts fondamentaux (ou « catégories métaphysiques ») dont la Logique de la Philosophie se sert pour l’analyse et la compréhension de ce qu’elle appelle les « catégories philosophiques », mais ce ne sont pas des « catégories philosophiques » au sens précis du terme. La catégorie philosophique de la Logique elle-même est le « sens ».

6 Ibid., p. 82.

7 « Pour l’homme concret, toutes les attitudes sont équivalentes, c’est à dire absurdes, sauf une, la sienne, qui ne ressortit à aucun tribunal, mais forme le tribunal dont tout est justiciable » (ibid., 70).

8 Philosophie et réalité II, op. cit., p. 233.

9 Ibid., p. 234.

10 Ibid.

11 Logique de la philosophie, op. cit., p. 71.

12 Ibid., p. 284, note 1.

13 Ibid., p. 89.

14 Ibid., p. 97.

15 Ibid., p. 98.

16 Ibid., p. 89.

17 Ibid., p. 98.

18 Ibid., p. 431.

19 Ibid., p. 172.

20 Ibid., p. 363.

21 Ibid., p. 353.

22 Ibid., p. 365.

23 Bien entendu, comme toute catégorie, celle-ci est susceptible de reprises « authentiques » (Logique de la philosophie, op. cit., pp. 365-366) : « reprises justificatives » (reprises de l’œuvre, par l’homme vivant dans cette attitude, sous des catégories dépassées) et « reprises appréciatives » (reprises de l’œuvre sous des catégories par un homme vivant dans une autre attitude).

24 Ibid., p. 391.

25 Ibid., p. 409.

26 Ibid., p. 407.

27 Ibid., pp. 172-173.

28 Ibid., p. 430.

29 Ibid., p. 431.

30 Ibid., p. 82.

31 Ibid., p. 430.

32 Ibid., p. 68.

33 Ibid., p. 69.

34 Ibid.

35 Philosophie et réalité II, op. cit., p. 238.

Topo da página

Para citar este artigo

Referência do documento impresso

Gilbert Kirscher, « « Le début est dans la reprise  »  », Cultura, Vol. 31 | 2013, 31-45.

Referência eletrónica

Gilbert Kirscher, « « Le début est dans la reprise  »  », Cultura [Online], Vol. 31 | 2013, posto online no dia 19 Novembro 2014, consultado a 18 Agosto 2017. URL : http://cultura.revues.org/1774 ; DOI : 10.4000/cultura.1774

Topo da página

Autor

Gilbert Kirscher

Université Lille 3 – Institut Eric Weil
É professor honorário da Universidade de Lille 3. Foi aluno de Eric Weil (1957-62) e em seguida seu assistente (1964-68). É co-fundador do Centre Eric Weil, co-executor testamentário (com E. Naert e J. Quillien) do legado Weil-Mendelsohn, participou na criação da Bibliothèque Eric Weil e foi responsável pela classificação e digitalização dos Arquivos de Eric Weil (http://eric­-weil.biblio.univ-lille3.fr/). Entre as suas publicações, destacam-se as seguintes: La philoso­phie d’Eric Weil. Systématicité et ouverture, P.U.F. 1989; Figures de la violence et de la modernité. Essais sur la philosophie d’Eric Weil, Presses Universitaires de Lille, 1992; Eric Weil ou la raison de la philosophie, Presses Universitaires du Septentrion, 1999. Traduziu igualmente diversos artigos de Weil e editou, com J. Quillien, Philosophie et Réalité II (Paris, Beauchesne, 2003).
Est professeur honoraire à l’Université de Lille 3. Etudiant (1957-62), puis assistant d’Eric Weil (1964-68), co-fondateur du Centre Eric Weil, co-exécuteur testamentaire (avec E. Naert et J. Quillien) du Legs Weil-Mendelsohn, il a participé à la création de la Bibliothèque Eric Weil et s’est chargé du classement et de la numérisation des Archives d’Eric Weil (http:// eric-weil.biblio.univ-lille3.fr/). A publié notamment : La philosophie d’Eric Weil. Systématicité et ouverture, P.U.F. 1989 ; Figures de la violence et de la modernité. Essais sur la philosophie d’Eric Weil, Presses Universitaires de Lille, 1992 ; Eric Weil ou la raison de la philosophie, Presses Universitaires du Septentrion, 1999. G. Kirscher a également traduit de nombreux articles d’E. Weil et édité, avec J. Quillien, Philosophie et Réalité II (Paris, Beauchesne, 2003)

Topo da página

Direitos de autor

© Centro de História da Cultura

Topo da página
  • Logo Centro de História d'Aquém e d'Além-Mar
  • Revues.org